La tradition tardive de Guiron le Courtois  edit
+

Post-Doctorant : Marco VENEZIALE
Directeur de recherche : Nicola MORATO
BEIPD-COFUND-IPD, Université de Liège (1/12/2016 – 30/11/2018)

La tradition tardive de Guiron le Courtois. Des manuscrits auvergnats et flamands à l'Orlando Furioso

Le projet examine la grande compilation turinoise de Guiron le Courtois en mettant à profit également les autres manuscrits de Jacques d'Armagnac, tel le français 112 de la Bibliothèque Nationale de Paris, afin de préciser la nature de ces manuscrits-relais entre Moyen Âge et première Modernité.

Les chansons de croisade  edit
+

Post-Doctorante : Marjolaine RAGUIN
Directrice de recherche : Nadine HENRARD
Bourse Marie-Curie COFUND (2016-2018)

Les chansons de croisades lyriques françaises et occitanes (XIIe-XIIIe s.) : exhorter ou amender ?

Ce projet de recherche conduit à l'Université de Liège au sein du Département de recherche Transitions, sous la supervision de Madame le Professeur Nadine Henrard, consiste en l'étude des chansons de croisade françaises et occitanes exhortatives et critiques (XIIe-XIIIe siècles) ; un corpus primaire récemment réédité. Dans ces œuvres littéraires brèves, et bien que leurs auteurs se fassent couramment la voix du discours clérical sur la croisade, on perçoit l'opinion publique du temps. Ces textes transmettent une perception du conflit, des arguments en sa faveur comme des critiques, venant en grande partie de laïcs. Nous menons un travail philologique interdisciplinaire (philologie, analyse du discours, histoire, théologie). Il s'agit d'étudier les arguments de ces textes et de les comparer essentiellement à la littérature sermonnaire et ecclésiastique, dont ils sont à la fois écho et bien distinct. Ce travail fera l'objet d'une monographie, et d'articles de revues complémentaires et nous organiserons un colloque international en février 2018, qui donnera lieu à publication. Cette étude permettra de mieux comprendre les ressorts et leviers idéologiques du discours de croisade : l'enjeu pour notre monde contemporain est réel alors que nous connaissons un renouveau des phénomènes d'endoctrinement populaire à la guerre sainte.

Art de la politique  edit
+

Post-Doctorante : Hélène MIESSE
Directrice de recherche : Paola MORENO
Projet de recherche-cadre : ARC EpistolART (2013-2018)

Art de la politique, politique de l'art dans l'épistolographie florentine du premier Cinquecento

Le projet visait à saisir la spécificité de la lettre comme moyen d'action politique mais aussi comme haut lieu d'élaboration linguistique à une période de bouleversements profonds en Italie, et à Florence en particulier. Par l'analyse des documents épistolaires du début du XVIe siècle, il entendait également mener à une meilleure connaissance des formes, des acteurs, de la pensée et de la langue politique à Florence dans les années de passage de la république au principat. C'est ainsi qu'une attention particulière a été réservée aux lettres de Goro Gheri (ca. 1470-1528), secrétaire de Laurent de Médicis, duc d'Urbin, dans le but de comprendre comment le parcours personnel de l'évêque de Fano participe de l'évolution de la figure du secrétaire, de ses fonctions, devoirs et pouvoirs.

Ce projet a donné lieu à deux publications collectives : MIESSE, H., GEREMICCA, A. (dir.), Essere uomini di lettere. Segretari e politica culturale nel Cinquecento, Cesati, 2016 et MIESSE, H., VALENTI, G. (dir.), « Modello, regola, ordine ». Parcours normatifs dans l'Italie du Cinquecento, Rennes, PUR, 2018, ainsi qu'à l'édition ou à la réédititon, selon les critères de l'ecdotique moderne, de plusieurs documents épistolaires inédits.

 

LARI  edit
+

Post-Doctorant : Gianluca VALENTI
Directrice de recherche : Paola MORENO
Projet de recherche-cadre : ARC EpistolART
F.R.S.-FNRS (Chargé de recherches, 01/10/2015 – 30/09/2018)

Langue des artistes à la Renaissance italienne : pratiques langagières à la cour de Cosme Ier de Toscane

Gianluca Valenti se propose d'analyser dans le détail la langue employée par les artistes gravitant autour de la cour de Cosme Ier de Toscane. Il s'agit là d'une génération d'artistes dont le rôle culturel fut sans précédent, favorisant par exemple la création de l'Accademia del Disegno, première institution savante consacrée aux arts visuels. Dans leurs stratégies d'auto-promotion, les artistes firent de la langue un outil privilégié de persuasion. Il s'agissait pour eux de faire valoir non seulement leur compétence d'hommes de métier, mais aussi d'intellectuels.

En essayant de combler une lacune dans l'étude historique et sociolinguistique de l'italien du Cinquecento, ce projet se fixe plusieurs objectifs. D'une part, par l'analyse systématique des traits graphiques, phonologiques, morphosyntaxiques et lexicaux des documents épistolaires, Gianluca Valenti compte identifier les usages linguistiques communs (technicismes, formules partagées à l'intérieur d'un réseau culturellement circonscrit, etc.) et individuels (usus scribendi, formes idiolectales, etc.) des auteurs ciblés.

D'autre part, puisqu'il est nécessaire, pour cette étude, de se pencher sur les documents originaux, la recherche conduira à la réédition de plusieurs documents, que les anthologies érudites du XIXe siècle constituant le corpus de base du projet soumettent trop souvent à des modernisations linguistiques, voire parfois à de véritables réécritures.

Enfin, une analyse plus fine sur les écrits ciblés donnera lieu à une réflexion plus générale et théorique, portant sur l'impact qu'un usage avisé de la langue italienne a eu sur la mutation du rôle de l'artiste à la Renaissance et sur sa redéfinition conceptuelle.

Dévotion des cardinaux  edit
+

Post-Doctorant : Jorge MORALES
Directrice de recherche : Émilie CORSWAREM
Institutions partenaires : Université Libre de Bruxelles
Projet de recherche cadre : Music and Identities Constructions : The National Churches (16th-17th Centuries)
F.R.S.-FNRS, PDR (01/10/2016 – 30/09/2018)

L'art de la dévotion des cardinaux français et francophiles. Un laboratoire de l'identité à Rome au début du XVIIe siècle

L'étude des cardinaux non romains résidant à Rome au début du XVIIe siècle fait l'objet d'un intérêt renouvelé dans le sillage duquel ce projet s'inscrit. Il se concentre plus particulièrement sur les cardinaux français d'une part et sur les cardinaux du parti français d'autre part, en vue de mieux cerner le rôle qu'ils prennent en tant que participants et initiateurs de fêtes et de cérémonies à Rome, à l'intérieur de leur palais et en dehors de celui-ci.

L'étude de leurs pratiques musicales dévotionnelles permet d'aborder l'une des manifestations de l'identité française à Rome dans ses processus de transformation et d'hybridation au contact du substrat romain.

Le lambris de la chapelle de la Bâtie d’Urfé  edit
+

Post-Doctorante : Mariaelena BUGINI
Directrice de recherche : Laure FAGNART
Bourse « Marie Curie » BeIPD – COFUND IPD (1/102016 – 30/09/2018)

Le lambris de la chapelle de la Bâtie d'Urfé, à la lumière de la correspondance de son commanditaire, Claude d'Urfé

Dans le cadre de ce projet – poursuivant ainsi nos travaux sur la marqueterie italienne et française –, nous menons une étude détaillée de l'ensemble de boiseries marquetées qui décoraient autrefois la chapelle de la Bâtie d'Urfé, l'un des châteaux de la Renaissance française où triomphe l'italianisme. Ce lambris constitue la commande la plus renommée de Claude d'Urfé (1501-1558), gouverneur royal, bailli du Forez et ambassadeur pour le compte de François Ier et d'Henri II auprès du Concile de Trente (1546-1549) et du Saint-Siège (1549-1551). Parallèlement, l'occasion nous est donnée de se pencher plus généralement sur la personnalité de Claude d'Urfé, comme sur la chapelle de la Bâtie, dont l'architecture, les vitraux, les stucs et les fresques de la voûte ou l'autel demandent encore à être examinés. En fin de projet, paraîtra un ouvrage collectif sur la chapelle de Claude d'Urfé.

IMAGOPAPAE  edit
+

Post-Doctorante : Claudia D'ALBERTO
Directrice de recherche : Benoît VAN DEN BOSSCHE
Insitutions partenaires : Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino 'SISMEL', Florence ; Musée du Petit Palais et Palais des Papes, Avignon ; Centre Interuniversitaire d'Histoire et d'Archéologie Médiévales 'CIHAM', Lyon-Avignon ; Biblioteca Apostolica Vaticana ; Centre de Recherche en Histoire du Droit et des Institutions de l'Université Saint Louis de Bruxelles ; Università di Roma La Sapienza ; Università degli Studi di Ferrara ; Università degli studi « G : D'Annunzio » Chieti-Pescara.
Université de Liège et Union européenne – Marie-Curie COFUND post-doc (15/10/2016-14/10/2018)

IMAGOPAPAE

IMAGOPAPAE est un projet de recherche qui vise à déchiffrer l'iconographie des papes entre Antiquité et première Modernité pour mieux comprendre comment, jusqu'à aujourd'hui, l'Eglise gère l'image du pape en général.

Le pape est l'évêque de Rome, le vicarius Christi, le successeur du prince des apôtres, le serviteur des serviteurs de Dieu, le souverain pontife de l'Eglise universelle, mais aussi le primat d'Italie et le souverain de la Cité du Vatican. Dans ces titres, énumérés par l'Annuaire pontifical 2017, se trouvent condensés les résultats d'années de réflexions (pas toujours pacifiques) sur le rapport dialectique entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel. Au travers des écrits, des images, des actes politiques et des gestes liturgiques, le pape, depuis l'Antiquité tardive jusqu'à aujourd'hui, exprime le sens de sa mission terrestre qui, entre innovation et conservatisme, l'amène à être une personnalité politique et une autorité religieuse sans équivalent dans d'autres religions.

Privilégiant l'approche multidisciplinaire, le projet aborde différents domaines de recherches, à commencer par l'Histoire de l'art, au sens large, englobant la photographie et la critique cinématographique. Des représentations canoniques sur les absides des basiliques romaines aux portraits modernes, en passant par le buste de Boniface VIII (sculpté par Arnolfo di Cambio avant la mort du pape), l'on s'interroge sur le rapport à la Première Modernité, à savoir quel sont les passages fondamentaux qui ont amené du « portrait médiéval », qui peut être défini, selon la proposition avancée par H. Belting en 2009, comme une œuvre « circonstancielle » (en ce que sa nature même découle des circonstances d'exécution ; il pourra s'agir, par exemple, d'une statue honoraire, d'un tableau votif ou d'une tombe), au « portrait autonome », un type d'objet doté d'une finalité propre, qui apparaît au XVe siècle. Mais on s'interroge aussi sur les survivances du « portrait médiéval » à l'époque moderne, comme a pu le faire par exemple le pape Léon X (1513-1521) en commandant son portrait (avec les cardinaux Giulio de Medicis et Luigi de Rossi) à Raphaël, vers le 1518. Ce pape, n'étant pas en mesure d'aller en Florence pour participer au mariage entre Lorenzo duc d'Urbino et Madeleine de La Tour d'Auvergne, a choisi d'envoyer le portrait en témoignage de sa présence. Le portrait de Léon X évoque, donc, le pape in absentia, il est lui-même le pape selon une pratique inaugurée par Boniface VIII, alors qu'il était encore cardinal. Benedetto Caetani (le nom séculier de Boniface VIII) a été envoyé avec le cardinal Gerardo Bianchi à Reims afin de régler un conflit entre l'archevêque et le chapitre de la cathédrale. La sentence arbitrale (PARAVICINI BAGLIANI 2009) a établi qu'il fallait réaliser deux statuettes d'argent pour représenter Benedetto Caetani et Gerardo Bianchi ad similitudinem cardinalis. Ces statuettes qui sont, comme dans le cas du portrait de Léon X, des substituts 'en absence' servent à rappeler la présence physique des cardinaux.

L'on s'intéresse aussi au vêtement pontifical et à la paramentique, en tant que vecteurs de la plenitudo potestatis à laquelle prétend le pape durant le Moyen Âge. Notons à ce sujet que la tiare à trois couronnes, portée par les papes lors de certaines occasions solennelles jusqu'en 1963, est une invention tardive issue de la papauté d'Avignon. Ce couvre-chef papal qui remplace, à partir du pontificat de Clément VI (1342-1352), la tiare-diadème (symbole de la souveraineté sacerdotale) et le triregnum bonifacien, matérialise le pouvoir temporel du pape de manière théocratique. De nombreuses questions demeurent ouvertes : comment expliquer l'invention de la tiare à trois couronnes après le pontificat de Boniface VIII ? Pour quelles raisons est-elle employée aussi bien par le pape que par l'anti-pape, durant le Schisme d'Occident ? Pourquoi son usage s'est-il maintenu jusqu'à l'époque contemporaine ?

La critique cinématographique est également mise à l'honneur dans le cadre du projet IMAGOPAPAE. En effet, depuis plusieurs décennies maintenant, une intéressante réflexion sur la nature fondamentalement humaine du pape est née dans le chef de certains réalisateurs italiens. L'on pense à Nanni Moretti dont le film Habemus Papam (2011) a presque prédit l'abdication de Benoît XVI, en racontant la fragilité d'un pape français, une sorte de nouveau Célestin V, qui choisit d'échapper à la charge de sa mission. L'on pense aussi à la série télévisée The Young Pope (2016), écrite et réalisée par Paolo Sorrentino, qui raconte la difficulté du pape Pie XIII à apparaître en public et à faire reproduire son image, « parce que son image n'existe pas ! ». En faisant ça, il est évident que Sorrentino a aussi réfléchi sur un problème de longue date, celui de la représentation du pape. Elle constitue une question iconographique particulière, en raison d'une complexité sémantique déterminée par des implications ecclésiologiques. IMAGOPAPAE aspire donc à être aussi une occasion de dialogue entre les mondes de la recherche et de la création artistique, tel qu'il est encouragé par la Communauté européenne et plus spécifiquement par le programme Horizon 2020.

La Littérature, la Philosophie et la Théologie sont également des domaines de recherche très importants. Du Moyen Âge à l'Epoque contemporaine, il apparaît que le pape est à la fois auteur, destinataire ou tout simplement le protagoniste des écrits qui décrivent son rôle au sein et en dehors de la Curie. Sont traitées des questions relatives à l'analyse de documents écrits qui ont, d'une manière ou d'une autre, concouru à soutenir la politique d'autoreprésentation des papes.

Mené sous la conduite de Benoît Van den Bossche, IMAGOPAPAE s'ancre prioritairement dans le domaine de l'histoire de l'art, à la charnière entre l'époque médiévale et moderne, mais il se nourrit aussi des échanges avec d'autres disciplines, comme l'histoire politique, institutionnelle, religieuse et bien sûr l'anthropologie des religions. Dans le même temps IMAGOPAPAE s'intègre de manière idéale au sein des autres Unités de Recherche de l'ULiège, comme l'U.R. Cultures Sensibles (histoire et de l'esthétique de la photographie, du cinéma, de la vidéo et des arts visuels).

L'organisation d'une table ronde (mars 2017), d'un colloque international (juin 2018) et la publication des actes de ce dernier (sous la direction de Cl. D'Alberto, à paraître en 2020 chez Picard) et de deux contributions dans des actes internationaux de colloques rendront compte de nos recherches.

Des hommes et des lectures  edit
+

Post-Doctorant : Renaud ADAM
Directrice de recherche : Annick DELFOSSE
FNRS (2014-2017)

Des hommes et des lectures sous surveillance : le livre dans les Pays-Bas sous le conseil des Troubles (1567-1576)

Ce projet de recherches se propose d'offrir un regard nouveau sur la situation du livre dans les Pays-Bas au cours des décennies 1560-1570. L'objectif est d'étudier la communauté des imprimeurs ainsi que mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent la diffusion et la consommation de livres au cours d'une période qui coïncide avec l'Âge d'or de l'industrie du livre de ce territoire, mais qui est également marquée par d'importants troubles politico-religieux. Notre étude se base sur les archives produites dans l'environnement du Conseil des troubles, le tribunal d'exception créée par Philippe II en réponse au soulèvement et aux débordements d'une partie de la population des Pays-Bas dans les années 1566-1567. Cette institution, active de 1567 à 1576 et placée sous l'autorité du duc d'Albe, a surveillé de très près la fabrication, la vente et la possession de livres, en raison du danger potentiel que représente ce ferment culturel par excellence qu'est le livre. Cette « police du livre » a produit des archives d'une minutie sans égal et jusqu'ici trop peu exploitées par le chercheur soucieux d'analyser non seulement le milieu socioprofessionnel des artisans du livre, mais aussi la circulation du livre en tant que marchandise ainsi que le substrat culturel des Pays-Bas.

La plume et le pinceau  edit
+

Post-Doctorant : Alessandro ARESTI
Directrice de recherche : Paola MORENO
Université de Liège, Union Européenne – Appel BeIPD-COFUND-IPD-2015 (2015-2017)

La plume et le pinceau. Édition et analyse linguistique de lettres d'artistes italiens au Trecento et au Quattrocento

Une monographie intitulée Andrea Mantegna allo scrittoio. Un profilo linguistico, réalisée dans le cadre de ce projet, paraîtra prochainement chez Salerno Editrice. Cette monographie est consacrée à l'un des plus grands artistes du Quattrocento, envisagé pour la première fois avec l'objectif d'en tracer un profil linguistique.

Le projet a également donné lieu, entre autres, à l'organisation du colloque international « Lingua delle arti e lingua di artisti in Italia fra Medioevo e Rinascimento » qui s'est tenu à l'Université de Liège le 7 septembre 2017. Un volume des actes du colloque sera publié en 2018 chez Franco Cesati Editore.

TADHKIRA  edit
+

Post-Doctorante : Elise FRANSSEN
Directeur de recherche : Frédéric BAUDEN
FNRS (Chargée de recherches, 01/10/2013-09/01/2017)

Les manuscrits de la Tadhkira d'al-Ṣafadī (1297 – 1363)

Al-Ṣafadī (696-764/1297-1363) est l'un des érudits les plus importants de l'époque mamelouke. Nous avons la chance d'avoir plusieurs volumes de son carnet de lecture personnel, sa Tadhkira, qui ont été conservés. Ce projet de recherches vise principalement à donner l'image la plus précise possible de la méthodologie d'al-Ṣafadī. Il sera ainsi possible d'étudier ses stratégies de lecture, ses méthodes de prise de notes, en confrontant ces carnets aux ouvrages lus et publiés par al-Ṣafadī.

Artistes, Hommes de lettres et secrétaires  edit
+

Post-Doctorant : Antonio GEREMICCA
Directrices de recherche : Dominique ALLART, Paola MORENO
Projet de recherche cadre : ARC EpistolART
Université de Liège, Union Européenne – Appel BeIPD-COFUND-IPD-2013 (2013-2015)

Artistes, hommes de lettres et secrétaires à la cour de Côme Ier de Médicis (1537-1554)

Le projet vise à étudier l'étude des dynamiques culturelles, artistiques et politiques déployées à la cour de Côme Ier de Médicis, par une approche transdisciplinaire conjuguant l'expertise sur les sources à la fois visuelles et littéraires. Le but est de comprendre l'apport des artistes, des hommes de lettres et des secrétaires du duc aux commandes issues de la cour pendant les deux premiers décennies du son règne, avant l'arrivée à Florence de Giorgio Vasari, qui fut, à partir de 1554, l'ordonnateur des initiatives artistiques de Médicis, et par là-même l'artisan de l'image officielle du pouvoir ducal.

Présentation

OLSE  edit
+

Post-Doctorant : Gianluca VALENTI
Directrice de recherche : Nadine HENRARD
Université de Liège, Union Européenne – Appel BeIPD-COFUND-IPD-2013 (01/12/2013 – 30/11/2015)

Les origines du lexique scientifique européen. Une analyse lexicographique, historique et anthropologique des premières encyclopédies en langues romanes

Cette recherche a deux objectifs principaux. Le premier est de réaliser un glossaire exhaustif du lexique médical présent dans un corpus de textes ciblé, à savoir trois traductions dans les principales langues romanes (moyen français, mantouan et occitan) du De proprietatibus rerum, l'une des plus anciennes encyclopédies latines médiévales. Ce répertoire aura plusieurs points d'intérêt concernant, d'un côté, l'histoire des sciences, voire même des racines culturelles de l'Europe et, de l'autre, l'histoire des origines et de la formation des langues vernaculaires. Alors que la première partie de la recherche portera sur l'acquisition et l'encodage des données, dans une démarche quantitative et statistique, le deuxième objectif comportera une élaboration des données dans une perspective plus analytique et qualitative. Il s'agira alors de croiser plusieurs critères – la fréquence de l'utilisation des mots, leur persistance dans les langues modernes, la diffusion manuscrite des œuvres – afin de pondérer l'influence et la pénétration dans le domaine médical au niveau lexical mais aussi au niveau du transfert du savoir, de la culture latine aussi bien que des aires voisines de l'Europe.

Share this page