À travers et au-delà du voile de la rhétorique
+

Post-doctorant : Alessandro RIZZO
Directeur de recherche : Frédéric BAUDEN
Chargé de recherche du F.R.S-FNRS (2020-2023)

À travers et au-delà du voile de la rhétorique : la fonction du langage diplomatique mamelouk dans les relations avec les pouvoirs chrétiens

Le projet vise à définir et étudier les stratégies théoriques et pratiques par lesquelles le sultanat mamelouk (Egypte-Syrie, 1250-1517) représentait, légitimait et gérait ses relations diplomatiques avec les pouvoirs européens. La recherche se base sur l’analyse des sources concernant le langage de la diplomatie dans ses différentes formes, aussi bien verbales (documents de chancellerie, communication orale) que non verbales (cérémonial, cadeaux, etc.). L’historiographie récente a réévalué l’importance intrinsèque des modalités écrites et non écrites de la communication diplomatique, longtemps considérées comme de simples manifestations formelles de la diplomatie. Ce travail se focalisera en particulier sur ce que le langage diplomatique révèle à propos des principes régissant la relation interreligieuse entre le pouvoir musulman des Mamelouks et les états chrétiens. Cette analyse s’inscrit dans le champ des études qui ont récemment réinterprété des concepts tels que "jihād" ou "dār al-Islām"/"dār al-ḥarb", souvent utilisés de façon simpliste dans l’historiographie et les mass media pour expliquer l’interaction entre musulmans et non-musulmans, dans des époques et des contextes très différents. À contre-courant de cette approche généralisante, mon projet se concentrera sur le cas spécifique des relations mamelouko-européennes, en basant l’étude des fondements du dialogue sur une analyse attentive des sources diplomatiques (documents, instructions aux émissaires, récits d’ambassades, etc.). Les résultats de cet examen seront ensuite comparés au contenu des textes juridiques d’époque mamelouke concernant les rapports avec les non-musulmans, afin d’identifier les analogies et les différences entre la théorie des juristes et les principes sous-tendant effectivement les échanges. Le projet restituera ainsi un cadre global des outils conceptuels et concrets qui permettaient l’établissement de relations entre un pouvoir musulman prémoderne et des pouvoirs chrétiens.

 

Les collections de tapisseries des princes-évêques de Liège
+

Post-Doctorante : Anne-Sophie LARUELLE
Directrice de recherche : Dominique ALLART
Chargée de recherche du F.R.S-FNRS (2020-2023)

Les collections de tapisseries des princes-évêques de Liège (XVe-XVIIIe siècles)

Toutes les grandes collections princières de l’Ancien Régime comptaient des tapisseries. Bien plus encore que les peintures et les sculptures, l’ampleur et la somptuosité des pièces textiles exhibées sur les murs des palais fournissaient une démonstration de la puissance d’un prince. Les thèmes à l’honneur témoignaient de ses ambitions et de l’image qu’il voulait donner de lui. Aussi l’étude des archives livrant des informations sur ces ensembles entre-temps démantelés, décontextualisés voire détruits, en tout ou en partie, constitue-t-elle un enjeu important de la recherche actuelle. Fait surprenant, les collections des princes-évêques de Liège ont largement échappé à la curiosité des chercheurs, si l’on excepte celles d’Érard de la Marck (1505-1538), dont on a pu révéler l’ampleur extraordinaire. La présente recherche prétend poursuivre cette enquête prometteuse sur la base de sources inexplorées jusqu’à ce jour. Elle privilégie les problématiques les plus actuelles de l’histoire de l’art, abordant les questions de la fonction et des usages de la tapisserie, de leur contenu iconographique, ou celles liées à leur élaboration artistique. Les objectifs de ce projet sont de reconstituer l’histoire des collections, leur formation et leur dispersion, de même que de rendre à ces princes leur juste place dans l’histoire du collectionnisme européen.

 

Arts graphiques italiens des XVe et XVIe siècles dans la Collection Wittert
+

Post-Doctorant : Antonio GEREMICCA
Directrice de recherche : Dominique ALLART
Université de Liège (PDR-SH - WittertProject)

Ce mandat de deux ans est financé dans le cadre du WITTERT PROJECT - Chefs-d’œuvre sur papier.  étude scientifique approfondie des dessins et gravures de la Collection Wittert (XVe-XVIe s.), dirigé par la Prof. Dominique Allart. Au sein de cet ambitieux projet de valorisation d’une collection d’arts graphiques anciens extrêmement riche, mais qui n’a jusqu’à présent jamais été dûment cataloguée ni même complètement explorée, il consiste à étudier les œuvres des écoles italiennes. En ce qui concerne les dessins, des notices approfondies (analyse technique, iconographique, stylistique, datation et attribution) seront réalisées afin de composer un corpus digital accessible en ligne. Elles  serviront aussi de base à un livre sur le dessin au XVe et au XVIe siècle, qui représente l’enjeu ultime du Wittert Project. En ce qui concerne les gravures, différentes facettes de la collection seront présentées par le biais d’expositions thématiques. Dans un premier temps, l’accent sera mis sur  les rapports entre Flandres et Italie au XVIe siècle. La collection Wittert compte en effet des œuvres importantes de graveurs flamands d’après les maîtres italiens, ainsi que des pièces de Giorgio Ghisi, un graveur mantouan qui travailla quelque temps chez l’éditeur Jérôme Cock à Anvers. Les créations de Raphaël et de son école, qui jouèrent le rôle de catalyseurs de la Renaissance dans les anciens Pays-Bas, feront prochainement l’objet d’une exposition virtuelle.

 

Échanges interconfessionnels
+

Post-Doctorant : Julien REGIBEAU
Directrice de recherche : Annick DELFOSSE
Université de Liège

Échanges interconfessionnels. La diplomatie pontificale et les protestants en Europe septentrionale durant le pontificat d’Urbain VIII (1623-1644)

Depuis le XIXe siècle, les historiens voient régulièrement dans l’intolérance dont la papauté post-tridentine témoigne envers le monde protestant une cause de l’affaiblissement de son influence politique en Europe, au XVIIe siècle. Ce projet de post-doctorat se donne pour objectif de mettre cette interprétation à l’épreuve en étudiant les modalités des échanges interconfessionnels entre la diplomatie pontificale et les protestants, singulièrement au cours du règne du pape Urbain VIII Barberini (1623-1644). L’analyse porte avant tout sur la correspondance diplomatique échangée entre les nonces apostoliques en poste à Bruxelles, Cologne, Münster et diverses autorités romaines (cardinal neveu, secrétairerie d’État, congrégations du Saint Office et de la Propagation de la Foi). Cette recherche vise à faire émerger la pluralité des pratiques et des discours qui président aux rapports interculturels entre Rome et les protestants. Dans la perspective d’une histoire des pouvoirs, elle permettrait de plus de voir comment la papauté exploite ou dissimule ces échanges pour reconfigurer son rôle dans le monde éclaté et pluriel du XVIIe siècle.

« ROMANESCO 1450–1550 »
+

Post-Doctorant : Gianluca VALENTI
Directrice de recherche : Paola MORENO
Université de Liège

« ROMANESCO 1450–1550 »

Dès leurs origines, les dialectes italiens peuvent être répartis en trois grands groupes, correspondant à trois macro-régions : le nord, le sud et la Toscane. Les attestations les plus anciennes montrent que la langue de Rome (le romanesco) faisait partie des langages méridionaux ; puis, aux 15e-16e siècles elle évolua de façon inattendue et se rapprocha des variétés toscanes. Cette singularité a été soulignée à plusieurs reprises, et nombreuses sont les explications qui en ont été données, depuis Bruno Migliorini (qui soutient que « l'histoire du romanesco est l'histoire de son effondrement ») jusqu'à, tout récemment, Marco Mancini et Pietro Trifone. Toutefois, le débat s'est poursuivi pendant des années sans aboutir à un accord, et personne n'a encore proposé une théorie qui fasse l'unanimité sur les causes, la chronologie, les modalités et les conséquences de cet effondrement.

Dans mon projet, « ROMANESCO 1450–1550 », je me propose d'investiguer ce sujet encore ouvert, à travers une recherche qui prenne en compte plusieurs sous-objectifs et plusieurs axes de recherche, à savoir :

  1. L'identification et l'édition semi-diplomatique de textes pratiques jusqu'à présent inconnus, conservés dans les archives et bibliothèques romaines, écrits à Rome à la Renaissance ;
  2. La création d'une base de données open access, qui ambitionne de répertorier, au fil du temps, tous les documents écrits en romanesco, des origines à 1550 ;
  3. La réalisation d'une double analyse linguistique, visant à combiner les approches traditionnelles de la sociolinguistique historique aux développements méthodologiques les plus récents de la linguistique de corpus ;
  4. L'étude de la circulation des grammaires toscanes à Rome entre 15e et 16e siècle, qui vise à mieux cibler les lecteurs – réels et potentiels – de ce nouveau genre textuel : la grammaire des langues vulgaires.

Partagez cette page